Archives pour la catégorie Montage Nakajima J9N Kikka [AZmodel 1/72]

Montage Nakajima J9N Kikka [AZmodel 1/72]

Sam 2 Nov 2013 – 10:12

Salut,

Je vais commencer tout doucettement le montage de ce Kikka d’AZmodel :

Vous trouverez une revue de kit sur ce lien.

A bientôt pour de nouvelles aventures.

CIAO / Frédéric

* * * * * * * * * *

Mer 6 Nov 2013 – 0:23

Salut,

BIENVENUE DANS LE MERVEILLEUX MONDE DU SHORT RUN

Le cockpit a été mon premier contact avec la marque AZ… je n’ai pas été déçu du voyage car l’assemblage des pièces du cockpit est un peu… rock’n’roll !

Je pense écrire à AZ pour leur indiquer qu’il est difficile de coller un siège, dont le fond est plat, sur le demi-cylindre qui parcoure le plancher…

A force conviction et de colle cyano, j’ai mis tout ce petit monde au pas.

… mais pas pour longtemps car le siège était trop incliné. Du coup, le cockpit ne rentrait pas dans le fuselage. Mais bon, ma grande expérience des short-run (acquise depuis l’ouverture de cette boite) m’a permis de remporter ce premier combat !

THE DARK SIDE OF THE PIT

Pour me détendre, j’ai peins les parties internes à l’humbrol 78 Interior green. J’ai ensuite appliqué un wash AK 075 de chez AK Interactive… puis me suis souvenu qu’il était préférable de vernir les pièces avant d’appliquer ce jus très couvrant !!!

Pour atténuer, l’influence du côté obscure de la force de ce wash, j’ai brossé les pièces avec une brosse à dents (nota bene : usagée). J’ai ainsi clairement rendu plus clair la clarté du cockpit (j’espère que cet éclaircissement éclairera vos lumières sur le sujet).

ACCROCHES-TOI JEANNETTE !

Les sangles sont moulées dans le siège. J’ai appliqué une micro-goutte de peinture alu acrylique sur les boucles avec la pointe d’une épingle. J’ai ensuite collé de la bande cache de 0,5 mm, nativement couleur crème, pour simuler les lanières.

PROBLÈME DE POINTS NOIRS ?

Le tableau de bord est assez fin. N’ayant pas remarqué qu’il devait être vert foncé Je l’ai peins de la même couleur que le pit puis j’ai rempli les cadrans avec mes feutres noir de 0,1 et 0,3 mm.

Je pense m’arrêter là pour le cockpit… qui sera totalement invisible car la verrière est monobloc…

MOTEUR !

J’ai commencé à peindre les pièces relatives aux moteurs  Ishikawajima Ne-20. Après vérification sur le net, j’ai percé la partie avant (deux grosses pièces coniques du bas) mais pas les cônes arrières.


UN JET BIPLAN ???

Pour le fun, j’ai essayé de faire une mise en croix à blanc. Cela c’est avéré impossible vu la taille des carottes qui garnissent l’intérieur des ailes !

Je me revois encore me demander sur l’écart d’un mm était normal entre l’intra et l’extrados.

Bon, je rigole maintenant mais cette histoire c’est terminée au couteau car je suis un gars qui aime trancher dans le vif…

FIN DU 1ER ROUND

Après toutes ces émotions, j’ai noyé mon désarroi dans la colle à bois… non sans oublier des petits clous à tête plate qui me servent décidément plus pour les maquettes que pour le bricolage !

A bientôt pour de nouvelles aventures.

CIAO / Frédéric

* * * * * * * * * *

Lun 11 Nov 2013 – 0:03

Salut,

UN PAS-A-PAS DE SENATEUR

Et bé… j’ai beau avoir lu pas mal de montages de type short-run, j’en découvre encore jour après jour.

Dans un autre post, j’indiquais que « chaque pièce était un combat ». Par un effet induit, cette guérilla ralentie fortement mon montage puisque chaque collage est précédé d’un ajustement à blanc minutieux suivi d’un collage unitaire à la cyano. Il me faut donc attendre un séchage complet pour passer à l’étape suivante en toute tranquillité.

Heureusement, que j’ai plusieurs montages en parallèle sinon je mourrais d’ennui !!!

CADENCES INFERNALEMENT LENTES

Le montage du cockpit est un parfait exemple puisqu’il a débuté par l’ajustement minutieux puis le collage des demi-fuselages :

Idem pour le tableau de bord (merci à l’inventeur de la patafix !) :

rebelotte pour la baignoire (avec un petit renfort là ou il faut) :

Caaaaa… y… est… Comptez entre 30 mn et 1 h pour chaque étape

Le résultat final n’est pas trop mal. Le siège a l’air d’être un poil trop reculé malgré mes ajustements à blanc…

Pour le fun, j’ai placé la verrière pour avoir une vue d’ensemble. J’aurais dû m’abstenir :
– la verrière (non peinte) est si épaisse que les détails sont quasi invisibles
– il y a un mm de jeu. Du coup, il me faudra choisir en un ajustement incorrect à l’arrière ou un masticage à l’avant

J’ai donc pris mon courage à deux mains et ranger immédiatement la verrière.

WOUIIIIIIIIIIIIIIIIZZZZZZZZZZZZZ (transcription écrite du son du moteur Ishikawajima Ne20)

Pour me changer les idées (noires), j’ai monté les deux moteurs. Un fois de plus, ce qui semble facile sur un kit de grande série s’avère touchy sur ce short run. En effet, le positionnement de chacune des quatre pièces ressemble à un jeu d’équilibriste.

N’ayant pas fait l’école du cirque (si, si !), j’ai préféré assurer le maintien avec de la patafix. Elle m’a permis de bloquer l’entrée et la sortie du réacteur, le temps de placer un point de soudure à la colle cyano.

Au passage, j’ai redécouvert un méchant retrait de matière, vu durant la peinture mais oublié dans le feu du combat :

Fort heureusement, ces retraits sont rendus quasi invisibles par le moteur et la proximité du fuselage (ce qui m’arrange bien car j’avais la flemme de sortir la putty) :

MISE EN DEMI-CROIX

Même motif, même punition : le positionnement des ailes suit la même logique d’ajustement minutieux à blanc puis collage. Malgré cela une grosse commande de mastic se profile pour la partie inférieure. Histoire de finir sur une note plus positive, l’ajustement des demi-ailes supérieures semble de meilleure facture.

A bientôt pour de nouvelles aventures.

CIAO  / Frédéric

* * * * * * * * * *

Mar 19 Nov 2013 – 0:25

Salut,

Voici vos informations en technicolor…

EN CROIX… ENFIN

Fidèle à son train de Sénateur, le Kikka m’a autorisé à le mettre en croix. Via deux étapes séquentielles arrosées de cyano et de pinces en tout genre :

PLAISIR SOLITAIRE… DE MAQUETTISTE

Après cet exploit, j’ai poncé les coulures de cyano. J’en ai profité pour commencer à égaliser les différences de niveau entre les demi-fuselages et (surtout) le raccord aile fuselage en dessous du cockpit. Les grains utilisés vont du 800, 1000, P1200 et P2000. Au fait, la séance de ponçage a durée plus d’une heure… alors qu’elle n’est que le préambule au masticage :

UN DOUTE, MES TRAINS

Les trappes de trains font apparaître des espaces fort disgracieux. J’ai choisi de masquer ceux-ci avec du scotch de plombier. L’état de surface ne sera pas impeccable mais préférable aux escaliers et évidements d’origine…

UN AVION QUI EN JET

Après, le travail de préparation des ailes, l’épreuve le montage des chalumeaux peut débuter. Curieusement, l’ajustement est relativement correcte (… à moins que je ne sois devenu plus tolérant vis-à-vis de ce short-run) :


Pour le fun, j’ai placé deux morceaux de plastique pour égaliser la hauteur et masquer l’évidement de l’arrière du réacteur. Je taillerais la carte après séchage de la cyano :



A bientôt pour de nouvelles aventures.

CIAO / Frédéric

* * * * * * * * * *

Mer 6 Aoû 2014 – 19:32

Salut,

Vous pensiez que j’avais abandonné mon Kikka ?

Vous aviez presque raison. Mais presque seulement !

BLEU DE TRAVAIL

Pris d’une inspiration divine (et surtout fortement inspiré par le Bf 109 que je suis en train d’assembler avec mon Fils), j’ai peins le Kikka en bleu ciel. Pour ce faire, j’ai utilisé un des petits pots fournis avec certains kits Revell. Et bien c’est pas mal du tout, figurez-vous ! Correctement diluée, la peinture est agréable à appliquer au pinceau. Seul petit défaut, elle reste assez fragile et s’arrache facilement. Si c’était à refaire, je passerais de l’apprêt avant (j’adore ce jeu de mot !).


THE KIKKA’TAK

Mon avion sera censé être de série. Pour ce faire j’ai ajouté les deux pods de mitrailleuses fournies dans le kit, et judicieusement baptisé « what-if version ». Je les ai placées latéralement après moult essayages. Au départ, les mitrailleuses me paraissaient un peu petites. De fait, les ailes trop étroites pour abriter des canons, alors ça ira pour cette fois !

EN ROUGE ET NOIR… (chanson connue)

Pour agrémenter ce bleu ciel (sans nuages), j’ai ajouté une touche de noire et une autre de rouge. Pourquoi cela ? C’est très simple. Je vais tout vous expliquer… mais place tout d’abord aux photos



Regardez bien le tableau de bord car il deviendra invisible une fois la verrière placée.

UN MONTANT BIEN TROP ÉLEVÉ

Le masquage des verrières est la phase sur laquelle je perds le plus de temps. Sur ce Kikka, elle a failli avoir raison de ma (légendaire) patience. Avec des montants à peine dessinés et / ou placés au mauvais endroit (!) AZmodel n’aide pas du tout les sympathiques maquettistes que nous sommes.

Après avoir recommencé 4 fois un masquage hasardeux, j’ai testé une nouvelle technique basé sur des bandes de masquage de 0,5 et 1 mm.

L’idée est de positionner la bande cache pour simuler le montant PUIS de peindre la bande cache avec un feutre noir ultra fin (0.1 et 0.3 mm).

Au début, le feutre à eu un peu de mal à pénétrer la bande cache (blanche qui plus est)

Après plusieurs séances de coloriage, les montants sont devenus noirs


Comparé à la réalité, je ne suis pas mécontent du résultat :


Source : axis.classicwings.com

D&CO

Après application d’un vernis brillant (Pebeo), j’ai pris la planche de décals prévue pour ce kit… puis l’ai reposé. Rien à dire sur les décals (achetées au MACH Shop), j’ai juste sous-estimé la petitesse de l’avion ! En clair, les cocardes auraient débordées de l’aile.

On passe donc au plan C (si, si) en fouillant dans la boîte à rabiot. J’ai finalement trouvé des décals de bonnes dimensions en mixant :
– des cocardes provenant d’un MiG 23
– des lettres blanches provenant d’un appareil US (Corsair ?)
– un lettre noire provenant d’un Vigilante

Voila ce que ça donne au final

Dans le prochain épisode, j’espère finir ce kit qui ne m’intéresse plus guère…

A bientôt pour de nouvelles aventures.

CIAO / Frédéric

* * * * * * * * * *

Jeu 14 Aoû 2014 – 0:53

Salut,

On conclut ?

BANDE DE P’TIT GRAISSEUX ! (copyright Françis ZEGUT)

Pour casser le contraste un peu fort entre le bleu ciel et le rouge vif, j’ai utilisé mon wash enamel de chez AK interactive  (réf. AK 075). Ce jus pré-à-l’emploi est idéale pour assombrir des traits de structure voire « salir » un kit.

L’application se fait au pinceau et l’estompage avec un coton tige. Le jus est assez gras et on peut travailler assez longtemps sur les effets. Vous en verrez le résultat à la fin du post.

IN ROD WE TRUST

En parcourant une dernière fois la notice, j’ai découvert que le Kikka possédait un patin sur la partie arrière

Animé par un sens aiguë du service client, AZ model laisse le maquettiste se démer… le soin de traiter ce point. J’ai donc été cherché un vieux reste de plastique étiré que j’ai enroulé autour d’un fil électrique rigide. Une fois que le plastique eu pris la forme d’une spirale, j’ai découpé un demi-anneau

Parallèlement, j’ai percé deux trous de 0.3 mm sur le dessous de l’appareil

Et hop !

PAN !

Les deux canons ont eu droit une application de pastel Tamiya se qui ajoute un poil de réalisme (… à ses gondoles qui ne le sont guère).

UN DE MOINS !

C’est un peu ma conclusion de ce montage. En clair, je n’ai pas pris beaucoup de plaisir sur ce montage.

L’assemblage demande un laborieux travail de nettoyage voire de mise en forme (!) de chacune des pièces. Certains diraient que c’est le prix de l’originalité. Oui, certes. Ceci dit, ce kit est bien moins original que d’autres… qui m’ont donné bien moins de travail.

Voici quelques photos finales pour vous faire patienter avant la véritable histoire vraie des Kikka Polonais :






Je remercie tous ceux qui ont eu la gentillesse de suivre mon assemblage et de me prodiguer leurs conseils.

Vous trouverez les photos finales de ce montage sur ce lien :  http://karuli.net/blog/aeronefs/anja-krycek/

A bientôt pour de nouvelles aventures.

CIAO  / Frédéric

* * * * * * * * * *