Archives pour la catégorie Montage MiG 1.44 MFI [Revell 1/72]

Montage MiG 1.44 MFI [Revell 1/72]

Publié initialement sur Fighters

Lun 25 Avr 2011 – 10:57

Salut,

Pour ce concours « Spécial pinceaux », j’ai choisi un prototype Russe au formes gracieuses (à mon humble avis). J’ai nommé le MiG 1.44 MFI   !!!

Merci pour vos applaudissements nourris et spontanés .

C’EST QUOI DONC CE JET QUI VIENT DE RUSSIE ?

Voila ce qu’en dit wikipedia :

Citation:
Les premières études du Mikoyan MiG 1.42, placées sous la responsabilité de l’ingénieur Grégori Sedov, remontent à 1979. A l’époque, les bureaux d’études soviétiques travaillaient sur deux projets d’appareils destinés à relever les Su-27 et MiG-29. Ces programmes se nomment MFI (intercepteur multirôle), qui devait donner naissance au 1.42, et LFI (intercepteur de front léger) abandonné depuis pour des raisons financières. Le démonstrateur 1.44 se veut la réponse de MiG au chasseur de cinquième génération américain F-22. Mais aussi au Su-37 réalisé par Soukhoï. Il est le fruit de l’expérience acquise au cours du développement des avions de la génération précédente, les MiG-23/27/25/31 et 29Bien que disposant de l’armement le plus perfectionné en termes d’attaque au sol et en l’air, le projet a été délaissé, car son concurrent direct, le Soukhoï Su-47 Berkut lui est supérieur, et à cause d’un manque de financement.

Quelques photos pour ceux qui (… comme Moi) préfèrent les images à la lecture :

Sympa les plaques de céramiques blanches dans les tuyères, non ? Voici quelques images du de la version mono-réacteur évoquée par wikipedia (LFI) et que même qu’il est très beau aussi :

C’EST QUOI DONC CE KIT QUI VIENT DE REVELL ?

Je vous ai préparé une revue de kit sur ce lien  !!!!!!

Hum… bon… ok… je vous remet quelques tofs !

Le boxart assez quelconque :

DEUX grappes seulement (… mais elles font le maximum) :

DEUX tuyères pour le prix d’une :

UN grand moment de solitude :

QUELLE D&CO ?

Les prototypes qui ne sont jamais entrés en production sont du pain béni pour les what-ifeurs. Le MiG 1.44 ne déroge pas à la règle. J’ai choisi une décoration peu commune pour ce kit. En effet, il sera…

Hein ?… Ah !? Désolé mais je dois vous laisser car on m’appelle au téléphone !

A bientôt pour de nouvelles aventures

CIAO / Frédéric

** ** ** ** ** ** **

Ven 6 Mai 2011 – 0:46

Salut,

CLAP DE DEBUT

Malgré une temps de loisirs très (très très) limité sur les 2 mois à venir, je vais essayer de faire bonne figure pour ce concours que je ne pouvais décemment pas rater (pinceau powa!!! ). Le modèle choisi étant assez basique, je m’attacherais avant tout à (essayer de) faire une belle peinture externe.

CHERIIIII ? PASSE-MOI LA TRONCONNEUSE !

Pour démarrer ce concours dans les meilleurs conditions, j’ai cassé la 1ère pièce que je voulais dégrapper (véridique). Plutôt superstitieux de nature, je placerais donc mon montage sous le signe astral du boulétaire (nota bene : c’est un animal mythique que l’on croise assez fréquemment à sletchland).

Le détaillage du siège éjectable est assez bien fait… mais sur sa partie arrière uniquement. Il s’agit d’un K-36 que j’ai peint dans son habituelle couleur noire.

Moins courant, Revell recommande de peindre la baignoire en noir anthracite également. J’aurais plutôt vue un bleu clair comme sur le MiG 35 mais bon… je ne vais pas me fâcher avec les concepteurs de kits de la marque…

Tout le cockpit a été peint avec du noir mat acrylique de chez Pébéo que je le dilue au lave-glace pur. Cela rallonge fortement le temps de séchage mais c’est indispensable pour avoir un bon étirement de cette peinture un peu gluante. Sur mes photos, on voit que la peinture n’est pas encore sèche alors que je l’ai appliqué il y a près de 30 mn.  Un fois sec, j’appliquerais les décals figurant les instruments.

Tiens pour votre info, en cas de traces de pinceaux trop visibles, je laisse sécher la peinture quelques minutes puis repasse une seconde couche fortement diluée en étant trèèèèès léger sur le pinceau (sinon on enlève la 1ère couche). Durant le séchage, le lave-glace tend la peinture et les vilaines traces disparaissent… mais le temps de séchage est encore rallongé.

C’est tout ce que je ferais dans le pit car j’ai prévu tout autre chose le concernant… je vous en reparlerais plus tard (… ou pas).

QUI EST-CE QUI S’Y COLLE ?

Ceci fait, j’ai commencé à dégrapper et préparer quelques pièces qui ne dépendent pas directement du cockpit. Cela m’a permis de me familiariser avec le découpage assez curieux du fuselage. En effet, la partie avant comporte deux demi-coques qui se ferment verticalement alors que la partie centrale est sur un plan horizontal. Je pense que c’est dû à l’énorme entrée d’air située sur le dessous… hum… j’dis ça mais… j’en sais rien en fait… et de toute façon en s’en…  !!

On note que Revell a pris un malin plaisir à découper les ailes en trois parties… qui se collent à trois stades différents du montage (bien vu les gâ ! Autrement, cela aurait été trop simple !)

Revell ne précise rien mais j’ai préféré lester le nez avec des clous englués dans de la colle à bois.

Viens ensuite, les deux sèche-cheveux assez finement moulés.

Dommage que le tunnel soit passablement bâclé.  J’attends que la colle sèche pour faire montage à blanc et voir se que je peux tirer de tout cela !

Voili voulou ! Ce n’est pas grand chose mais je suis quand même content d’avoir pu (enfin) démarrer mon concours !

A bientôt pour de nouvelles aventures.

CIAO / Frédéric

** ** ** ** ** ** **

Jeu 12 Mai 2011 – 1:20

Salut,

Voici un point d’avancement de mes modestes avancées.

LE VILAIN PETIT COCKPIT

Comme annoncé, le pit sera from the box. Sur les images en couleurs, vous pourrez constater qu’il est également from the Musée des horreurs. Revell ne s’est vraiment pas foulé sur le coup. C’est bien dommage car le reste du kit est vraiment très joli. Enfin, cela ne me dérange pas car le pit ne sera guère visible une fois mon kit terminé.

Trop grandes, j’ai découpé les décals au cutter afin de permettre leur placement. Puis j’ai appliqué du vernis mat de chez Pébéo pour assurer leur maintien

Passons vite sur le résultat…

et zou ! Au cachot… le pas beau !

PASSE MOI LA COLLE, HELMUT !!!

J’ai gagné un nouvelle séance de collage gratuite (j’aurais dû m’inscrire au « concours spécial collage » finalement ) :

La partie supérieure des ailes s’ajuste comme chez Tam

J’ai enchaîné avec la partie supérieure de l’entrée d’air qui comporte… huit pièces en tout !

L’intrados viennent rigidifier l’aile

Tiens ? Il semblerait que le dessous de l’avion comporte des quilles mais également ce qui ressemble à des pylônes.

HEEEEEEEEEADS UP !!!

J’ai assemblé les deux parties du fuselage. L’assemblage est relativement correcte mais ne m’évitera pas du ponçage. vous noterez quand même que j’ai même pas besoin de pince pour solidariser le tout

Vous noterez aussi que le MiG 1.44 est un grand jet.

Marrant, l’absence de canards lui donne des faux airs de vaisseau spatial tout droit sorti de Yoko TSUNO Laughing

PROCHAINEMENT SUR VOS ECRANS

* Collage de l’entrée – Chapitre VII et VIII
* Ponçage voire masticage si affinité
* Dépose d’un petit jus dans les puits de trains (car il faudrait quand même que je me serve de mes pinceaux de temps à autres)

A bientôt pour de nouvelles aventures.

CIAO / Frédéric

** ** ** ** ** ** **
Jeu 19 Mai 2011 – 1:19

Salut,

LA MALEDICTION CHINOISE

Comme me le rappelle fort gentiment Adrien, l’assemblage de mon Chengdu J-10 Vigourous Dragon était fort plaisant… jusqu’au moment ou des ajustements cauchemardesques sont venus me ruiner le moral !

Par le plus grand des hasard (dont je me serais volontiers passé), le MiG 1.44 m’a réservé une bien mauvaise surprise lors de l’ajustement des 7 et 8ème pièces de l’entrée d’air. Tout s’ajustait pour le mieux jusqu’au moment ou j’ai noté un net décrochement sur la lèvre de l’entrée d’air de la maquette. Décrochement, qui ne figurait sur aucune photo !

En effet, pour obtenir un ajustement de l’avant de l’entrée d’air :

Il faut bien aligner les parois latérales vers l’avant sur la maquette…

… ce qui engendre un décalage inopportun sur l’arrière des pièces

Cela m’a paru tellement énorme que j’ai fureté sur le net à la recherche de montage de ce kit. J’ai trouvé deux personnes qui regrettaient les problèmes d’ajustement du kit. L’un des deux précisant même que « certaines boîtes semblaient avoir ce souci et d’autres non ». Guess who is the lucky winner ?????

LA PIRE CONTRE-ATTAQUE

N’écoutant que mon courage ! J’ai décidé de montrer à Revell de quelle carte plastique je me chauffe !

Dégrossissage au xacto…. puis papier de verre 500… puis 800… puis on verra après le masticage

NEZ AU POIL

Vous aurez peut-être remarqué que ce proto est équipé d’une double antenne au bout du nez.

Comme je souhaite représenter un appareil opérationnel et qu’en plus je trouve ça moche, j’ai sectionné cette fourche à barbecue. Je déciderais plus tard si je remet un antenne simple ou pas d’antenne visible comme sur le Sukhoi 35 BM

En attendant, MiMi à droit à un lifting gratuit :

SIGNATURE DU TRAITE DE MASTIC

J’ai ensuite dégainé la white putty de chez Tamiya et la bande cache de chez… Lidl. Application à la mini-truelle pour les cas difficiles et au pinceau (avec forte dilution à l’acétone) pour les joints moins marqués. Les espacements les plus fins seront comblés par la peinture (enfin… j’espère)

Démaquage dès que le mastic est sec en surface et on laisse sécher tout ça jusqu’à demain.

Voili voulou ! Mon montage avant à pas de liliputien géant pour cause de planning boulot / perso un peu… chargé ces temps-ci. « On fait au mieux », comme disait mon ancienne Chef !

** ** ** ** ** ** **

Lun 30 Mai 2011 – 0:42

Salut,

UN NEZ MON CHER, UN NEZ ! (citation de Panoramix dans « Astérix et Cléopâtre »)

Après un long débat avec moi-même, j’ai choisi de refaire le nez de mon MiG. Je suis parti du constat que le nez du 1.44 est assez aplatit :

Cela m’a fait pensé au F-20 Tigershark fait il y a quelques temps :

J’ai donc appliqué le même taille à MiG’el :

CAPITAINE MASTIC AU RAPPORT !

J’ai fini la 1ère phase de ponçace. J’ai enchaîné de suis avec une passe rapide d’Humbrol 103 Cream que j’ai appliqué avec une brosse plate. Ce prébadigeonage me sert d’apprêt et de révélateur de l’ajustement des pièces.

Naturellement, il manquait un peu de matière à divers endroits. J’ai donc ressorti la spatule, le tube de white putty et le papier tam

Sur ces deux photos, on voit mieux l’application très sommaire de la couche de cream.

PAINT (Copyright Microsoft Corporation)

J’ai appliqué le masquage qui permettra de séparer le bleu clair du dessous, du camouflage du dessus. Vous aurez tous reconnu le scotch Tam dans le rôle de la bande cache. Très fine, facile à (re)positionner, la bande Tam est parfaite pour ce type de travail. J’ai utilisé de la bande de 6mm pour l’avant du fuselage et du 18 mm pour l’arrondi derrière le plan canard.

Commence ensuite l’application du Bleu moyen (humbrol 89) que j’applique avec une brosse ronde. Pour être franc, je préfère les rondes au plates (je parle de pinceaux, hein ? ). Je ne saurais dire pourquoi… une question d’habitude sans doute.

L’ouverture d’un nouveau pot d’humbrol est toujours assez rigolote car la viscosité peut être bien différente d’un pot à l’autre. Le middle blue est d’une consistance plutôt épaisse ce qui m’obligera :
– à diluer fortement la peinture à l’essence F
– de tester la préparation et le rendu sur des pièces annexes (trappes, canards…) avant d’attaquer le fuselage

Ces précautions ne m’ont pas empêché de tomber en panne sèche en pleine peinture. Le temps de préparer une nouvelle dose, la partie peinte a commencé à sécher. Ce contre-temps occasionnera des raccords disgracieux aux niveaux des réacteurs. Fort heureusement, un coup de micromesh après séchage devrait clore le débat (… enfin j’espère sinon se sera plutôt un coup de rabot)

Voila ce que ça donne une fois terminé (attention peinture fraiche !).

Une fois de plus, l’application est assez légère afin d’éviter une surcouche lors de la seconde passe (qui sera un peu plus claire). Sur ce gros plan, on voit bien la couleur crème en transparence :

C’est tout pour aujourd’hui. Je pensais passer la 2ème couche ce soir mais j’ai préféré reprendre certains micro-joints à la colle blanche. La suite viendra donc plus tard…

** ** ** ** ** ** **

Dim 5 Juin 2011 – 1:54

Salut,

LE GRAND BLEU II

Comme annoncé, la seconde couche de bleu et nettement plus clair que la 1ère. J’ai ajouté pifométriquement 30 % de blanc (Humbrol 130) afin de correspondre aux standards Angolais. j’ai appliqué le tout avec une brosse plate Prince August n° 6 en martre Kolinsky.

J’ai laissé sécher la bêêêête (6 heures mini) dans l’espace réservé sur mon étagère. Vous noterez que j’ai confectionné un paravent sur-mesure afin d’éviter les dépôts intempestifs de poussière. Mon plan de travail étant à côté d’une fenêtre, j’ai longtemps pesté en découvrant ma peinture constellées de poussières !!! In fine, c’est Jean-Luc (zero) qui m’a soufflé l’idée du paravent. Je le remercie de nouveau car ces désagréments sont quasiment éliminés dorénavant

Pardon, je m’égare ! Voici à quoi ressemble l’intrados après la seconde couche de bleu.

Pour être franc, j’ai choisi la photo la plus réaliste. Selon la luminosité, le flash, le mode macro ou non… la teinte change du tout au tout

CASHEMIG

Après séchage, j’ai retiré la bande cache. Comme prévu, un fine démarcation est sensible sous le doigt. Je l’ai supprimé avec du papier Tam P2000 usagé (… qui pour le coup ressemble plus à du P3000 d’ailleurs)

La démarcation au niveau du plan canard est moins belle mais la méthode est tout aussi efficiente.

SHOOT’EM UP

Pour un avion de chasse, il ne serait pas très malin d’omettre une mitraillette à grenaille ou autre lance-pierre semi-automatique. Aussi, j’ai confectionné un canon, en partant d’un tube de coton-tige coupé en biais. J’ai également creusé une dépression sur le fuselage à l’aide d’une lime ronde, en prenant soin de rester parallèle à l’axe de l’avion (ne pas trembler, surtout ne pas trembler !!!). Le tout sera complété par un morceau de seringue que j’ajouterais en fin de peinture.



LE RETOUR DE RIPOL 1

Après avoir repositionné de la bande cache, j’ai appliqué un seconde (fine) couche de crème sur le dessus de l’avion…

Du noir (humbrol 33) tout autour de la baignoire. Ceux qui suivent passionnément ce montage auront immédiatement noté que je n’ai pas réutilisé le noir acrylique de chez Pébéo du pit. La raison est toute simple, je n’avais plus d’Humbrol 33 lorsque j’ai peins le pit. Autrement, le confort d’application de l’Humbrol et son opacité sont sans commune mesure avec le pébéo

Du metal cote (Humbrol 27001) sur l’intérieur des trappes. Après 20/30 mn, j’ai frotté la peinture afin d’uniformiser et donner un aspect poli à la teinte. Pour ce faire, j’ai utilisé un ancien torchon de cuisine (100 % coton, repasser fer position 3, passe au sèche-linge…). Sur l’extérieur des trappes, j’ai rattrapées quelques coulures de metal cote à l’aide d’un coton-tige imbibé d’essence F. Les coulures sont facilement rattrapables si on les essuie de suite (en évitant d’insister sinon on embarque coulure et peinture en même temps)

NEXT

Si vous êtes gentil, je commencerais le camouflage la prochaine fois (… ou pas).

** ** ** ** ** ** **

Mar 7 Juin 2011 – 0:12

Salut,

Sur ces photos exxxxxclusives : la 1ère couche d’Humbrol 101 Mid Green !


Au passage, j’ai fait un test avec la 4ème couleur. Même si la peinture n’est pas sèche sur la photo, je confirme que l’Olive Drab (Hu 155) est assez éloigné de la couleur réelle attendu. Je pense qu’il s’agit d’une erreur du schéma de camo présenté sur ma planche Hi Decals


Du coup, je vais faire des tests avec de l’Humbrol 91 Vert Noir… comme je l’avais pressenti depuis un moment.

** ** ** ** ** ** **

Dim 12 Juin 2011 – 1:37

Salut,

ECHAUFFEMENT

Avant d’attaquer la côté obscur de ce camouflage, j’ai passé une seconde couche d’Humbrol 101. Même recette que les fois précédentes : couche légère, 6 heures mini de séchage (en fait, c’est plutôt 24h me concernant, d’où mon avancé assez lente) un petit coup de papier P2000 si nécessaire… et voila le travail :


TOUTE LA VERITE (Titre du dernier épisode final de X-Files)

Certains se demanderons (peut-être) comment j’ai procédé pour réaliser ce camouflage tortueux à souhait :

Je ne vais pas les faire attendre plus longtemps. En effet, je vais vous révéler une très ancienne technique de peinture longuement expérimentée depuis ce matin.

* Préambule : Après réflexion, j’ai choisi d’utiliser de l’Humbrol 75 Matt Bronze Green en lien est place du 91 que je trouvais un peu trop sombre.

* Chapitre I – Le choix des armes : j’ai fait l’intégralité du camouflage avec un pinceau Revell 0 et un pinceau sans marquage (d’où sort-il celui-là ???) qui doit correspondre à un pinceau de taille 6. Le 1er servira pour les petits détails mais le gros de la peinture sera fait avec le plus gros. Vous noterez que l’un et l’autre sont des brosses rondes. Outre mes remarques précédentes, la forme des poils est idéal pour les schémas à réaliser

* Chapitre II – Border line :

La peinture se déroule en trois temps en commençant par les délimitations des contours de la forme à peindre. Le tracé étant assez proche des routes du rallye de Corse, les contours sont assez longs à peindre. Ce faisant, il faut bien visualiser la forme que l’on va faire avant de se lancer et réaliser le tout d’une traite. La visualisation est importante car il est très facile de perdre le fil de la forme en cours de peinture. Le cas échéant, il est fréquent de « remplir » des zones ne devant pas être peinte par manque d’attention (j’ai testé pour vous ! ).

* Chapitre III – Le plein s’il vous plait ! :

Le remplissage de la zone s’apparente fortement à du coloriage. En fait, il s’agit effectivement de remplir le centre de la zone avec un pinceau peu chargé. Toutefois, il faut également ajouter une troisième passe que j’appellerais « lissage« . Il s’agit d’une nouvelle couche très diluée qui permettra d’uniformiser le contour ET le remplissage. C’est le point le plus délicat puisqu’il ne faut pas abimer le contour ET ne pas charger la zone en peinture. Ce travail de lissage ce fait perpendiculairement au contour en partant de celui-ci pour aller vers le centre de la zone à peindre.

* Chapitre IV – Don’t turn back! :

Les virages sont assez simples à négocier sur les surfaces planes. Ils sont plus sportifs sur les surfaces verticales et/ou les parties mobiles. Après réalisation d’une zone, je place mon pinceau sur l’envers de la dérive (par exemple) et marque, d’un trait de peinture, la forme de la zone du recto. Pour peindre une forme sur le verso, il suffit alors de rejoindre les points.

* Chapitre V – Vitesse de croisière :

Voila l’illustration du travail par zone (nota bene : la peinture n’est pas sèche, d’où une certaine brillance sous la lumière)…

Et le rendu après un heure de travail :

* Chapitre VI – Le bouquet garni final :

* Epilogue – So ? :

Finirais-je mon montage dans les temps ? Je n’ai pas encore de réponse à cette question… Il y a encore du travail de retouche à faire sur les quatre couleurs, la verrière, les trains, les jus, les décals, les vernis… et mon temps libre qui disparaît jour après jour. Time will tell…

** ** ** ** ** ** **

Dim 19 Aoû 2012 – 2:44

Salut,

1 – DENSIFIE AVEC LES LOUPS

C’est parti pour la densification du crème

… puis du vert clair

… et enfin du vert foncé

Oui, oui… j’ai bel est bien repeint ma maquette entièrement ! La seule dernière couleur m’a demandé près de 2 heures de peinture… ininterrompue. Bon, pour être honnête, je l’ai quand même fait de manière assez cool. En mode vacances koua !

2 – LE PETIT BAIGNEUR

Le cockpit du kit Revell fait vraiment pitié. J’avais prévu d’en faire le minimum… et bien j’ai tenu ma promesse ! Ah si ! J’ai tout de même ajouté un… « sac à dos » (???) trouvé dans le Pit d’un Su-27. J’ai dû l’adapter à MiG 1.44 puis l’ai peint en gris (pour changer du noir). J’ai aussi ajouté un pièce de rhodoïd pour simuler le HUD

Comme tout se passait trop bien, le cockpit s’est décollé alors que je faisant un montage à blanc du siège. Après avoir envisagé de lancer la maquette contre une vitre, j’ai finalement mis une (grosse) pointe de cyano pour résoudre ce désagrément

L’année dernière, j’avais prévu de fermer la verrière pour profiter des courbes superbes de cet appareil. Finalement, je me suis dit qu’il n’étais pas si laid verrière ouverte. En fait, j’ai changer d’avis… Quelques heures avant de prendre les photos finales

3 – CERTAINS LES AIMENT CHAUDES

Revell propose deux jeux de tuyères sur ce kit, c’est cool ! Pour changer un peu, j’ai choisie celles en forme de cône. Je ne saurais trop dire sur les réacteurs peuvent se trouver dans cette position SANS pilote à bord mais… on va faire comme si What a Face

Sur une base d’alu revell (il me semble), j’ai utilisé mon set de pastel Tam que même que je l’aime bien. Après séchage, j’ai passé un coup de vernis mat pebeo pour fixer le pastel :

4 – HAUT LES PATTES !

Pas grand chose à dire sur les trains si ce n’est qu’ ils sont trèèèèèès longs. En manipulant le kit, j’ai eu peur qu’ils finissent pas se briser car, mine de rien, la machine est tout de même assez lourde… et les pattes bien frêles

5 – CA-PLANE-POUR-LUI

Pour donner une peu de vie au canard, j’ai appliqué un léééééger dièdre. La fixation est rendu difficile par le point des ailerons et la taille ridiculissement petite des ergots de fixations. J’ai malheureusement noté ce point après la peinture. Sinon, j’aurais remplacer le tout par de vrais ergots. In fine, la colle à pris mais l’ensemble reste fragile

6 – THIS IS THE END…

Voili voulou ! J’ai fini mon MiGounet ! J’étais tellement déçu de ne pas avoir pu terminer le concours que j’ai failli mettre ce kit dans la boîte d’épave (si, si !). Lorsque je l’ai repris, je me suis dit que ce serait dommage de s’arrêter en si bon chemin et comme le challenge peinture m’intéressait, c’est reparti comme en 14… juin 2011 ! In fine, même si le montage est assez moyen, je ne suis pas mécontent de mon boulot sur la peinture (dit-il prétentieusement ! ).

Bon ok… j’arrête mes bavardages et vous livre LA photo finish :

… qui précède toute une série que vous trouverez sur ce lien.

Merci encore à tous les forumeurs qui ont eu la gentillesse de suivre mon montage et de m’apporter leurs conseils.

A bientôt pour de nouvelles aventures.

CIAO / Frédéric

** ** ** ** ** ** **
Mar 21 Aoû 2012 – 13:51

Salut,

S….x a écrit : par contre y manquerai t’y po la mitrailleuse calibre 297 2500 pruneaux à la seconde en tube d’aiguille à vacciner les gensses dans le p’tit bout d’coton tige ?

Vi, vi… hop !

Et voilaaaaaa !!!!

CIAO / Frédéric