Archives du mot-clé Sukhoi S-47 Berkut [Hobbyboss 1/72]

L’aigle aux ailes brisées

UN CONCEPT REVOLUTIONNAIRE

Dès la présentation des premières esquisses, le projet S-37 Berkut (« Aigle royal » en Russe) stupéfia tous les observateurs.


Vue d’artiste du Sukhoi S-37 Berkut (source Midland Publishing)

Le bureau d’étude Sukhoi présentait ce qui était alors un projet très audacieux. Mêlant l’innovation à la haute-technologie, le design du Berkut ne laissait personne indifférent. Les ailes inversées représentaient l’ultime évolution des travaux initiés par les bureaux d’études Allemands, durant la seconde guerre mondiale.


Junkers Ju 287 (source : prototype.free.fr)

A l’issue du conflit, les travaux furent poursuivis secrètement par les avionneurs Russes. Le prototype OKB-1 EF 140 fut la première concrétisation de ces recherches.



EF 140 (source : prototype.free.fr)

Le génie de Sukhoi fut d’adjoindre des stabilisateurs horizontaux, en amont des ailes. Egalement appelés « plans canard », ces stabilisateurs rendaient le S-37 naturellement hautement manœuvrable. L’instabilité naturelle du prototype était contrôlée en permanence par un Calculateur Automatique De Stabilité ou CADS.

En 1973, le concept même d’avion instable était considéré comme révolutionnaire. Jusqu’à l’avènement de S-37 Berkut, aucun avion de combat n’avait implémenté un dispositif comparable au Calculateur Automatique De Stabilité. Ce faisant, le CADS était le centre névralgique du prototype du bureau Sukhoi. Il se révélera également être son principal point faible.


Etude aérodynamique du S-37 Berkut (source Midland Publishing)

DES ESSAIS DECEVANTS

Le premier vol eu lieu le 13 décembre 1973. Afin de préserver le secret absolu qui entourait le projet, le prototype n° 1 fut entièrement peins en noir. Ainsi, les détails aérodynamiques et les supports d’armement devinrent difficilement discernables.


Le prototype n° 1 lors des essais de roulage (source : Midland publishing)

Les officiels vinrent par dizaines pour assister l’événement. L’enthousiasme et la curiosité firent rapidement place à la déception. Dès les premiers tours de roue, le Calculateur Automatique De Stabilité cessa de fonctionner. Contraint par cet incident, le responsable des essais ajourna le vol. Le prototype n° 1 se contenta donc d’un remorquage peu glorieux entre la piste d’envol et son hangar.


Le prototype n° 1 après le vol avorté (source : Midland publishing)

Le destin du second prototype fut nettement plus dramatique. Malgré un décollage impressionnant, l’appareil ne tint l’air qu’une quarantaine de minutes. Une fois encore ,le CADS démontra un manque de fiabilité évident. Alors que le pilote tentait un atterrissage d’urgence, le S-37 fit une violente embardée puis sortit de la piste. Bien que grièvement blessé, le pilote échappa miraculeusement à un destin plus funeste.

Pour des raisons de sécurité évidentes, le troisième et dernier prototype ne prit jamais l’air. Il servit toutefois pour des tests moteurs et de résistance de structure.

LA FIN DU PROJET S-37 BERKUT

L’enquête confirma la défaillance du Calculateur Automatique De Stabilité. Ce nouvel incident marqua la fin du projet d’avion de combat hautement instable. Certes, le concept d’instabilité maîtrisée était une voie d’avenir. Toutefois, la technologie disponible au début des années 70 ne permettait pas d’envisager son usage sur un avion de combat. Du moins, pas encore…

Les prototypes survivant furent stockés durant 30 années dans des locaux sécurisés. Ce n’est qu’à l’aube des années 2000 que le projet Berkut fut déclassifié. En 2003, le troisième exemplaire du S-37 fut transféré au Musée de Monino où il est encore exposé.

Extrait de « Berkut’s paradise » de Jonas LEITCH (aux éditions de la Mer du Nord)

Le 3ème prototype du Sukhoi S-37 Berkut en maquette