Archives du mot-clé 1/72

Maquettes au 1/72ème

Le chat noir de l’Arsenal

Note de l’auteur : L’histoire que vous pourrez lire ci-dessous relève de la fiction et n’a aucune réalité historique. Elle mélange des faits réels avec d’autres romancés voire totalement imaginaires. Aussi, ce récit se parcourt comme une bande dessinée d’aventure ou un feuilleton de début de soirée. Enfin, cette nouvelle ne véhicule pas de message ou d’intention particulière si ce n’est celle de vous divertir  

NÉ POUR COMBATTRE, VAINCU SANS COMBAT

Mis en service quelques mois avant la fin du conflit, le Gotha P.60 ne participera quasiment à aucun combat. Certes, les appareils furent bien livrés à leurs unités. Toutefois, la désorganisation des services du Reichsluftfahrtministerium (RLM) engendra un retard important dans la livraison des pièces détachées nécessaires à ces avions. A défaut d’un entretien rigoureux, l’intégralité des Gotha P.60 furent rapidement cloués au sol.



Gotha Go P.60 C (variante « chasse de nuit monoplace ») conservé au Luftfahrttechnisches Museum


Gotha Go P.60 A (chasseur-bombardier) lors d’un vol d’essai avant son convoyage vers l’Afrique du Nord (photos colorisées)

DUEL DE CHASSEURS LOURDS

A l’issue de la seconde guerre mondiale, l’armée de l’air française émet une demande pour 300 chasseurs lourds, bimoteur et équipés de deux canons de 30 mm. Après une lutte acharnée, deux constructeurs furent retenus pour une évaluation technique poussée : la Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Centre (communément appelée SNCAC) et la société Arsenal de l’Aéronautique (l’Arsenal).

La SNCAC, présentait le SNCAC NC.1000. Ce puissant bimoteur n’était autre que l’évolution ultime du Dornier 335, le V14.


Le SNCAC NC.1000 aux couleurs du Centre d’Essais en Vol


L’atelier de montage du prototype du NC.1000

Second compétiteur, l’Arsenal travaillait sur le prototype de chasseur lourd VB10. Malheureusement, la mise au point de cet imposant bimoteur à hélices était loin d’être achevée :


Prototype de l’Arsenal VB.10

Afin de préserver toutes ces chances de remporter cet appel d’offre, l’Arsenal dû se résoudre à proposer le chasseur lourd Gotha Go P.60 D, avion qu’elle produisait en petite série pour le compte de l’Allemagne. Cette appareil fut rebaptisé Arsenal VG 50 à cette occasion.


Arsenal VG 50 lors de l’évaluation faite au Centre d’Essai en Vol de Brétigny-sur-Orge

UNE DEFAITE DOUBLEMENT DOULOUREUSE

Depuis quelques semaines, des rumeurs d’annulation de l’appel d’offre commençaient à filtrer. Les rumeurs furent confirmées officiellement le 30 octobre 1947.

Quelques jours plus tard, la SNCAC fut désignée pour assurer la production sous licence de chasseurs De Havilland Vampire, récemment commandés par le Gouvernement français au Royaume-Uni.

Cette opportunité ne fut pas offerte à l’Arsenal. A contrario, la fin des essais du VB.10 fut notifiée par le Ministère des armées le 12 décembre de cette même année. Cette nouvelle désillusion marqua profondément le bureaux d’études et la Direction de l’Arsenal. L’année 1947 s’acheva dans un sentiment d’amertume et une profonde déception. Lors du Comité de Direction de fin d’année, le Responsable des Etudes conclut que l’aile volante Gotha était une réussite technologique. Profondément superstitieux, il ne put s’empêcher d’ajouter que cet appareil était également un authentique « chat noir ».

Source des photos : Luftfahrttechnisches Museum Rechlin e.V., United rcflights, xplanes.free.fr et avionslegendaires.net

Extrait du livre « Le renouveau des ailes françaises » de Jonas LEITCH (aux éditions « Libre comme l’Eire » )

LE GOTHA GO P.60 D EN MAQUETTE