Archives du mot-clé 1/48

Maquettes au 1/48ème

Montage Arado 231 v1 [MPM 1/48]

 Lun 17 Avr 2017 – 11:21Bonjour tout le monde ! 

Comme promis, je rejoins l’équipe des fils rougiens avec mon Arado v1  !!!

Ultra-motivé comme jamais… disposant d’un temps de loisirs infini… j’ai avancé significativement sur ce kit… en collant 8 pièces !

Bon, je sais… ce n’est pas terrible… Mais c’est déjà bien d’avoir démarré, non ?

Les ajustements sont (pour l’instant) excellents. Il n’y a aucun plot de centrage mais les pièces sont naturellement bien ajustées. J’espère que cette bonne impression continuera lors j’attaquerais les mats. Là, ça risque d’être un peu plus sport… 

Au passage, j’ai assemblé le fuselage à blanc. Le pot d’humbrol vous donnera une idée de la petitesse de l’appareil :

« So far, so good » comme disent les Bretons (… les grands uniquement).

Frédéric

** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** 

Mar 17 Oct 2017 – 22:40


Bonsoir,

Tiens ? Je m’aperçois que ma dernière mise à jour date du 17 avril ! Puisque nous sommes le 17 octobre, nous sommes donc le jour idéal pour poursuivre ce montage !!!

Hum… Bon… j’avoue ne pas être très fier d’être si peu actif… Et pourtant, il est très sympa ce petit hydravion. ! 

Regardez-Moi ce sympathique tableau de bord : 

Une fois mis en place, il devient trèèèèès discret mais l’intention est là

Le poste de pilotage étant placé (au jugé), il est maintenant possible de fermer le fuselage (au jugé également). L’assemblage se fait très proprement. Ceci fait, j’ai ponçé les points de jonction sans même avoir à appliquer du mastic. 

Avant même que le fuselage ne soit sec, j’ai ajouté le superbe moteur en résine et son capot 

Après  moult ajustements, j’ai placé le superbe moteur :

Ceci fait, j’ai placé le capot…

… qui masque intégralement le superbe moteur. Cette dernière opération confirme que certains accessoires en résine n’ont aucun intérêt. 

Dans la prochaine mise à jour, j’hésite entre peindre les différents éléments ou assembler de suite l’aile. Cela dépendra de la technique de peinture que je choisirais (bombe ? aéro ? pinceau ?). 

A suivre… 

Frédéric
** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** 

Mar 21 Nov 2017 – 0:13

Bonsoir,

Vous pensiez que j’avais abandonné ce fil rouge ? Et bien détrompez-vous !!!

Après avoir collé, le fuselage, j’ai appliqué deux couches d’Ocean Grey (gris foncé) via une bombe Tamiya (AS-26). J’ai pu constater trois choses : 

– Mes joints étaient nettement moins parfaits que je ne l’imaginais. Retour à la case ponçage (400 puis  P1200)

– Mon atelier de peinture situé dans le garage est désormais inutilisable. Le froid influe négativement sur l’application de la peinture. Dans les faits, la première couche de peinture a eu beaucoup de mal se tendre. La seconde n’a fait qu’empirer les choses. Retour à la case ponçage (P1200)

– Mes pinceaux sont toujours vaillants ! Ils m’ont d’ailleurs permis d’appliquer une première couche (très diluée) de gris tank (Humbrol 67).

Dans le prochaine épisode, j’appliquerais une seconde couche puis poserais les masques pour la seconde couleur. 

@+ 

Frédéric

** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** 

Mar 28 Nov 2017 – 23:11

Bonsoir,

Désolé d’avoir tardé à vous répondre, je n’ai pas beaucoup de temps à accorder à mon atelier en ce moment. Ceci dit, j’ai tout-de-même pu faire un peu de peinture sur mon Arado 

Pour commencer, j’ai appliqué une seconde et dernière couche de gris très dilué. Après séchage. J’ai relu consciencieusement l’ouvrage de JC Mermet consacré aux camouflages de la Luftwaffe 

Agrandir cette image

Cette saine lecture m’a confirmée deux choses : 

– Je ne possède quasiment aucune couleur de type RLM dans mes pots de peinture 

– (conséquence du premier point) j’adore imaginer des camouflages inédits 

… Cet Arado n’échappera donc pas à cette sanction. 

BETAMASK 

Comme l’avion a déjà des formes complexes, j’ai confectionné des masques relativement simples. Voila le résultat : 

… bin quoi ?

Ah vous ne voyez, rien ? Et bien rapprochez-vous ! 

L’idée est de faire une ligne en dent de scie dont aucune « dent » n’est comparable. Voila ce que cela donne sur le fuselage : 

… et sur l’aile 

LE GRAND BLEU

La seconde couleur est un bleu marine de chez Humbrol (réf. 77). 

A ce stade, je n’ai pas encore choisi si il y aura une troisième couleur (noir par exemple). Cela dépendra du rendu qui s’affichera au démasquage. Il est également possible que je me contente de peindre les haubans en alu… Ce qui fera un troisième couleur au kit. 

A suivre. 

Frédéric

** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** 

Mar 5 Déc 2017 – 22:11

Bonsoir, 

Pour vous remercier pour votre sympathique intérêt, voici une mini-mise à jour…

LES DENTS DE LA MERE

J’ai oté les masques et poncé finement les raccords de peinture (papier de verre Tamiya P2000 très « fatigué »).

Voila ce que ça donne :

L’aspect marbré disparaîtra lors du vernissage. 

ET UNE… ET DEUX… ET TROIS COU-LEURS

Comme annoncé, j’ai ajouté une troisième couleur. Pour éviter de surcharger l’extrados, j’ai juste appliqué du Gris foncé US (Humbrol 125) sur le dessous de l’avion (flotteurs, ailes et ailerons).

Je suis désolé pour les photos un peu monochrome. En fait, le rendu est effectivement dans des tonalités assez proches. C’est voulu… Mais ce n’est pas très facile à photographier à la lumière artificielle (led blanche et « lumière du jour »). 

Merci pour vos commentaires et à bientôt pour la suite du début de la fin… ou pas ! 

Frédéric

** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** 

Dim 24 Déc 2017 – 12:11

Bonjour,

Je n’ai pas abandonné l’idée de finir mon hydravion dans l’année. Toutefois, je négocie actuellement une phase assez délicate : la pose des haubans.

DE LA BELLE THEORIE…

Sur le papier, la pose des différents haubans est relativement simple :

Agrandir cette image

Des repères sont même prévus sur le fuselage : 

… A LA CRUELLE REALITE

Dans la vraie vie, la situation n’est pas tout-à-fait ainsi : 

– Le repérage des pièces est laborieux
– Les pièces ne comportent aucun picot de positionnement 
– Chaque haubans doit être nettoyé, ce qui affine et fragilise encore plus chaque pièce

Enfin, point le plus… « ennuyeux », les repères du fuselage ne s’ajustent pas avec les pièces. Les écarts vont de 1 à 2 mm. Compte-tendu de la forme des haubans, se décalage est impossible à rattraper. Il faut donc trouver un nouveau positionnement pour ces pièces de forme non-symétrique. 

ON SORT LES PETITS MOYENS 

Pour me sortir de ce mauvais pas, j’ai confectionné des picots que je positionnerais en tenant compte des phases lunaires et de la température du soleil, le tout pondéré par l’age de mon chien (qui s’appelle Couki).

Pour cette mission (que j’ai accepté), j’ai perçu l’équipement suivant :  

– De la tige ronde de 0.75 mm
– Un forêt de diamètre identique  
– Du scotch Tamiya (pour le prépositionnement)
– Du scotch Glen Fiddish (pour me donner du courage)
– Un réglet métallique (pour le positionnement fin)
– Une pièce de 1 centime (pour la photo uniquement) 

APRES LE SPORT, LE RECONFORT

Après quelques heures de travail (si, si), le résultat me convient… globalement.

Côté fuselage, le positionnement a été plutôt sportif. Le système donne toutefois satisfaction. Il me restera à :
– consolider le tout avec de la cyano
– araser et poncer les picots 

Côté flotteur, c’est un peu raté. Le forêt de 0.75 mm était un peu trop gros (!). Au final : 
– un trou percé (celui que l’on voit sur la dernière photo) 
– une extrémité de hauban explosée durant le second perçage

Pour les deux perçages restant, je vais reprendre la même méthode mais avec un forêt de 0.3 mm et une épingle en guise de tenon de fixation. 

A bientôt. 

Frédéric

** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** 

Ven 5 Jan 2018 – 12:22

Bonjour, 

LECTURE DU MENU

Une rapide analyse visuelle me confirme, qu’une fois de plus, les repères permettant de positionner les haubans… sont mal placés. De guerre lasse, j’ai fini par me servir exclusivement de la notice pour repérer la place «  » »exacte » » » des haubans 

Agrandir cette image

Agrandir cette image

Au passage, la vue de profil m’a informé que j’avais zappé l’inclinaison vers l’arrière des supports des flotteurs (ceux situés à l’avant). Dommage… 

ENTREE

Avant de m’attaquer au plat de résistance que constitue l’aile, j’ai placé l’aileron et ses deux petits haubans.

Pas de difficulté mais un bon échauffement pour la suite. 

PLAT 

Voila la situation au départ : 

– Une aille assez lourde
– Des haubans minuscules et mal repérés
– Un fuselage étroit est difficile à maintenir durant les phase de collage

… vous compreniez mieux pourquoi vos encouragement m’ont fait un bien fou ?

La première étape consiste à maintenir les haubans en position durant la phase de collage. L’avantage est de pouvoir manipuler le kit plus facilement. L’inconvénient (majeur) est que la dépose de colle est rendue nettement plus complexe (sans même parler du risque de coller la bande cache). 

L’aile doit également d’être bloquée, c’est même essentiel pour l’opération : 

Voila ce que cela donne au final :

Pourquoi tant d’ajustement ? Et bien parce que la placement exact de l’aile est celui-ci :

Le but de tout cela est donc de respecter cet alignement… atypique ! Pour digérer tout cela, j’ai choisi un « Chateau Cyano 2018 » (c’est un Bordeaux assez fruité mais un peu fort en bouche).

DESSERT 

Dans une repas, ce que j’apprécie le plus est le moment du dessert. Cet Arado a presque réussi à me faire changer d’avis. 

Certes, les collages sont faits et l’ajustement est respecté. Le souci vient de la fragilité globale du montage (malgré la colle cyano). Nettement plus gênants, les marques de collage sont très (trop) visibles. Je vais devoir fait une séance de grattage suivie de retouches de peinture. Au final, je crains que tout cela reste visible.

A suivre… 

Frédéric

** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** **

Mer 10 Jan 2018 – 0:29

Bonsoir,

UN AVION MIS AU BAN

Vous devez avoir l’impression que je n’avance pas très vite sur cet Arado. Cette impression n’est pas usurpée. Le collage des haubans continue… méticuleusement… points de colle cyano sur points de contact… à raison de deux par soirée (véridique). La technique est laborieuse mais préférable compte-tenu des formes approximatives des mats.Depuis dimanche, j’ai renforcé les supports d’aile puis ajoutés les haubans latéraux (ceux qui forment un « Y » inversé sur la photo). . 

Rassurez-vous, cette ennuyeuse phase de pose de haubans est terminée car… 

CA Y EST  !!! MON ARADO EST… 

… loin d’être terminé 

En fait, je l’ai juste posé sur ses flotteurs. 

Cela m’a permis de confirmer que l’avion n’était pas tout-à-fait horizontal. Au vu du placement approximatif des supports de flotteurs, je m’attendais à pire, pour être franc (en photo : l’avion sur ces quatre mats puis avec une cale en carton pour corriger l’assise) 

La prochaine étape constituera à trouver un système pour faire tenir fermement les flotteurs sur les frêles haubans. C’est pas encore gagné donc…

@+

Frédéric

** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** **

Jeu 11 Jan 2018 – 23:57

Bonsoir,

Au fait, j’ai finalement collé les flotteurs. Je les ai d’abord fixés en parallèle grâce à de la patafix

Puis j’ai enduis les bas de chacun des quatre double-mats avec de la colle cyano. Enfin, j’ai déposer l’avion en prenant soin de bien le centrer

Après séchage, je vérifierais la solidité de l’ensemble. Si besoin, j’ajouterais des renforts. 

Pendant que vous êtes là, je m’apprête à coller le petit « saute-vente » qui protège le pilote 

Pour ce faire, je dois utiliser cette pièce en rhodoïd (qui semble permettre la création de deux vitres)

Question : Comment faites-vous pour coller ce type de matière ? 

Merci d’avance. 

Frédéric

** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** **

Ven 2 Fév 2018 – 0:57

Bonsoir,

La finalisation de ce montage est passablement laborieuse. Je tiens toutefois à finir proprement ce kit avant d’en démarrer un autre. Après ces belles paroles…

UN KIT PAS VERNI 

Après application d’une couche de klir, j’ai apposé les décalcomanies… non sans mal !  Bien que de belle facture, les décals ont eu la flacheuse manie de resté scotché sur le kit à la premier application, rendant les ajustements plutôt pénibles : 

Au passage vous aurez noté que j’ai utilisé les décalcomanies fournies dans la boîte. Le kit sera donc réaliste si ce n’est la couleur bleu-gris/gris foncé/gris clair (3 nuances de gris, donc).

VIIIITRIER !!! VIIIITRIER !!! 

Grande première pour Moi que cette vitre en acétate (si je ne m’abuse). Malgré une certaine appréhension, la découpe et la pose des masques se sont déroulés sans problème.  

Après peinture, je me suis contenté de colle à bois pour l’appliquer sur le fuselage. Tout cela ne m’a pas l’air d’une grande solidité mais bon… 

‘TITES RETOUCHES 

Au départ, j’avais prévu de peindre l’hélice,et la casserole en gris foncé (même couleur les flotteurs). Après réflexion, je me suis rappelé que les avions allemands avaient plutôt des hélices couleurs schwartz grün (vert-noir). 

De fait, la notice précise bien d’utiliser cette couleur… Précision que je n’avais pas noté (LOL). On reprend donc les pinceaux pour une retouche de l’hélice en vert foncé (humbrol 76) plus trois touches de noir (humbrol 33) sur la casserole et les pointes de flotteurs :

CLAP DE FAIM

Voila, mon Arado est terminé ! 

Le moins que l’on puisse dire est que ce montage m’aura laissé sur ma faim. Je suis parti assez confiant vu le nombre réduit de pièces. Assez vite, j’ai compris que la tâche serait nettement moins simple. 

De fait, jusqu’à la dernière minute, les mats m’auront gâché le plaisir. Au menu : 

– Placement approximatif sur le plan 
– Pièces mal moulées 
– Mise en place acrobatique 

… mais avant tout, une fragilité rendant les manipulations délicates et les décollages/recollages nombreux. Je ne m’en suis sorti qu’à grand renfort de colle cyano. 

In fine, les points de colles restent un peu visible mais cela tient (… on y croit !). Dans tous les cas, ce n’est pas le genre de kit que j’emmènerais en exposition… sauf si j’apporte également mon tube de cyano.  

Voici quelques photos en avant-première :

J’essayerais d’en prendre d’autre à la lumière naturelle ce week-end. 

Enfin, je vous remercie toutes et tous pour m’avoir accompagné et supporté durant ce montage 

Frédéric

** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** ** **